Journée eBooks Couperin | Table-ronde et bilan

Bilan de l’atelier juridique

La diffusion a été laissée de côté, tout comme la place des consortiums.
On risque une segmentation du marché entre éditeurs qui traitaient déjà avec Couperin, et ceux « grand public ».
Nécessité de formaliser le marché public, dans un paysage bien fragmenté.

Bilan de l’atelier « Que puis-je mettre sur mes tablettes »

il proposait un focus sur les contenus.
Hervé Le Crosnier (HLC) : S’agissait-il de ma tablette personnelle avec une offre de la bibliothèque ? Ou des tablettes mises à disposition par la bibliothèque ?
On est dans une logique d’acculturation, pour l’instant c’est un média peu demandé (HLC)
Le lecteur a besoin d’apprendre à utiliser ces outils et ces offres, est-ce là notre objectif ? (HLC)
Le marché du matériel va organiser la démocratisation de l’outil.
La tablette la plus vendue (iPad, 70-97% du marché) est aussi un des modèles les plus fermés.

Quid des DRM ?
Ils sont un frein à l’usage, et encourageraient le piratage. D’autres pistes à explorer : le watermarking, le streaming.
Pour HLC, le DRM est un blocage d’un outil de culture.
Le pirate comme conservateur ? Il permet la diffusion sans barrièrefrein, et conservation puisque dissémination

HLC rappelle que le marché principal du livre électronique c’est la bibliothèque.
Le métier de la bibliothèque, c’est de prendre pour donner. À imposer dans les négociations.

Bilan de l’offre aux étudiants :

Panorama de l’offre en français pour les étudiants de L (contenus, modèles économiques, points forts et faibles). Commercialisation des manuels. Certains pôles thématiques sont mieux desservis que d’autres (SHS, au détriment de la santé).
Cartable électronique fourni à l’étudiant (cours et documents numérisés étant inclus, les étudiants n’éprouvent pas le besoin d’en chercher d’autres) : influence les usages ?
Une bourse est donnée pour financer un manuel qui est ensuite diffusé gratuitement en version numérique, et reste modifiable par un autre enseignant. Les bibliothèques pourraient participer à l’achat de manuels.

Atelier signalement et valorisation (Thomas Guignard /EPFL)

Signaler tous azimuts (web, catalogue, mais aussi physiquement, communication via affiche, QR Codes)
Rematérialiser avec fantômes, boîtiers.

Les outils de recherche fédérée permettent de valoriser cette documentation.
Ce qui manque c’est de pouvoir analyser la méthode de recherche et d’accès au document, pour affiner et améliorer. (Se pose-t-on toutes ces questions pour les requêtes formulées sur nos OPAC ? NDB)

Atelier médiation

La pratique de l’annotation est à ne pas minorer, les gens ont besoin de s’approprier le contenu par l’annotation, le partage (indication de ce que je lis via partage sur réseaux sociaux), mais possible tentation de la mesure de son activité.
Sur Amazon indication de ce qui a été lu pour les ouvrages disponibles sur Kindle (qui permet le partage sur Facebook=> est-ce une lecture socialisée ?) Cela aura-t-il une incidence sur notre manière de lire ? On ne lira plus que ce qui aura été signalé par d’autres ?

Retour sur Le Havre

Le budget investi est énorme par rapport à l’usage. Cela révèle-t-il des problèmes dans le signalement ? Dans les modes d’accès ?

Conclusion d’Hervé Le Crosnier

« Complexité » est le mot clé de la journée : complexité des plate-formes, complexité juridique, complexité des marchés, complexité des DRM imposés, complexité de l’intégration aux catalogues, complexité des outils de recherche croisée.
Il retient également qu’à aucun moment les offres gratuites n’ont été évoquées.
Du point de vue de la bibliothèque, on paye pour offrir, au détriment de la valorisation de la connaissance. Il existe des ressources gratuites qui mériteraient une valorisation par la bibliothèque (présence au catalogue), comme les publications officielles disponibles en pdf (cf UE).
Il faut faire bénéficier ces documents de notre travail de classification, de valorisation, de diffusion.

Enfin, il faut comprendre l’écriture numérique pour comprendre la lecture numérique.
Les bibliothèques doivent fabriquer du livre numérique (ateliers, conférence, sont autant d’occasions pour se lancer).
Le faire mais sans se limiter au format pdf (format imprimé) qui ne permet pas d’enrichissement, tenter et privilégier l’epub (vs ibooks).

Une réflexion sur “Journée eBooks Couperin | Table-ronde et bilan

  1. Pingback: 6ème Journées sur le livre électronique « BibElec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s