Déformation professionnelle

15137_1265114394729_1435834208_30798376_2240326_n

J’ai passé quelques jours à Shanghai dernièrement, et suis allé visiter la Shanghai Public Library (上海图书馆 , Shànghǎi túshūguǎn).

Logée depuis 1996 dans un bâtiment impressionnant (24 étages, 106m de haut pour le silo, 83 000m², implanté sur 3,1 Ha), la ShPL est une bibliothèque publique et de recherche (fusion avec l’Institut d’information scientifique et technologique de Shanghai en 1995).

15137_1265114434730_1435834208_30798377_469859_n

C’est la deuxième plus grande bibliothèque de Chine, derrière celle de Pékin. Elle possède plus de 50 000 000 de documents (tous supports confondus, dont 10 000 000 de livres), propose de nombreuses salles de travail (en groupe, individuelles, 3 000 places au total), des salles audio-visuelles, d’expositions, de conférences, et près de 800 ordinateurs en libre-service répartis dans l’ensemble des salles. Elle est ouverte tous les jours de l’année (horaires différents selon les salles, les services et les jours fériés) et dispose d’un budget de 17M d’€.

Côté docélec (oui on ne se refait pas), la ShPL donne accès à de nombreuses ressources, parmi lesquelles Chemical Abstracts, Inspec, Academic Search Elite, IEEE, Ulrich’s Periodical Directory, et LISTA, ce qui devrait réjouir Marlène. Au total, la ShPL donne accès à 240 000 ebooks en chinois, 20 000 dans les autres langues (anglais), 10 000 périodiques électroniques en chinois, 20 000 dans les autres langues (anglais toujours) fournis par EBSCO, ProQuest et le China National Knowledge Infrastructure (CNKI).

Ces titres ont été acquis soit directement par la ShPL, soit par le biais d’un consortium local, le Shanghai Information Resources Network (SIRN) [pour tout savoir sur les consortia en Chine, lire cet article]. Ces ressources sont accessibles sur place dans une salle prévue à cette effet (Internet Room) et sur quelques autres postes répartis dans le bâtiment. Très peu sont accessibles à distance  (système d’authentification VPN). L’accès sur téléphones portables est signalé comme possible. Ah et il y a aussi ces écrans géants tactiles, sur lesquelles sont disponibles tous les titres de la presse quotidienne nationale.

écran géant tactile pour lecture PQN

15137_1265114634735_1435834208_30798382_3272956_n

Mes impressions: derrière un bâtiment d’apparence austère, des espaces clairs et accueillants placés sous l’adage « Savoir, c’est pouvoir », adoptés par les usagers (très nombreux le jour de ma visite, de 8 000 à 10 000 passages/jour, 40 000 usagers actifs sur les 200 000 inscrits). Du personnel, beaucoup de personnel, pour renseigner, ranger, prêter, vendre (il y a une boutique). Les noms numéros (et photos) des bibliothécaires de service sont à la disposition des usagers sur un panneau « Staff on duty ».

Certaines tâches sont automatisées (prêt, acheminement des bouquins en banque de prêt, dont la disponibilité est indiquée sur écran géant). Enfin, la rapidité avec laquelle je me suis inscrit (gratuitement), et la facilité avec laquelle j’ai pu déambuler librement dans toute la bibliothèque, prendre toutes les photos que j’ai voulu avec mon badge « Visit », donné sans autre formalité que la signature d’un registre et le n° de mon passeport m’ont surpris. Je tenterais bien l’expérience en France pour voir, au hasard à la BnF tiens…

pass "All access" et carte de lecteur

Vous savez où  me trouver si vous voulez des informations complémentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s