I wanna be like Mike

Sur les conseils de Marlène (merci, ça valait le déplacement), je me suis rendu lundi à la Mission Permanente des Etats-Unis à Genève, pour assister à une présentation de Michael Stephens, organisée par l’AILIS.
Michael Stephens est "Assistant Professor in the Graduate School of Library and Information Science at Dominican University in River Forest, Illinois" et anime le blog "Tame the Web". Il a été consacré "Library Journal Movers & Shakers" en 2005, ça vous pose le personnage.
Sa présentation portait sur "The Hyperlinked Community Library – Trends, Tools & Transparency".

En introduction, Michael Stephens rappelle les bouleversements induits par Internet pour notre profession, mais également dans les pratiques de nos usagers : Ils font aujourd’hui un usage des réseaux qui n’est pas (encore?) le nôtre. Il insiste sur les réseaux sociaux, et se demande où sont les bibliothèques, au moment où MySpace, Facebook et YouTube attirent chaque mois plus de 250 millions de visiteurs uniques. A titre d’exemple, Michael Stephens cite la Lawrence Tech Library et sa campagne d’information à l’occasion de son arrivée sur les réseaux sociaux (diapo 16 de sa présentation) et la Digital Collection de Cornell.
Ensuite, M. Stephens insiste sur un point essentiel à ses yeux, la transparence, qui implique la communication, à la fois en direction des usagers, mais également à destination des équipes de la bibliothèques. En résumé, on dit ce qu’on fait, comment on le fait, avec qui on le fait : on le bloggue, on le tweete, on l’affiche sur son site Web, sa page Facebook, "the transparent library has no secrets". Cette idée de la transparence sous-tend celle de l’ouverture, de l’écoute des besoins, aussi bien des usagers que des équipes "do we hear our users and staff when they ask for change and new services?" A titre d’exemple : VBPL Talks "a forum for staff questions and comments".
Michael Stephens rappelle ensuite l’importance de la bibliothèque en tant que lieu d’accueil (et de travail). La bibliothèque doit être accueillante, chaleureuse, pas ce que fait Teen Central "This desk is for staff use only"… (diapo 42). Stephens recommande de faire un "kindness audit", voir sa bibliothèque avec les yeux de l’usager, se mettre à sa place physiquement dans la bibliothèque.
Ensuite M. Stephens traite de la révolution "mobile" avec l’irruption des smartphones et autres readers (la "tablet mania"…), rappelant que les bibliothèques doivent s’adapter à ces nouveaux usages, présentant la "Duke University Library Digital Collection iPhone App".
Michael Stephens pointe ensuite la nécessaire formation des équipes de bibliothécaires, citant le programme Learning 2.0, avec des prix incitatifs allant du lecteur MP3 à pouvoir disposer de la place de parking de son directeur…
Il insiste également beaucoup sur l’idée de "communauté d’usagers", que la bibliothèque doit fédérer, aussi bien pour ses aspects virtuels que physiques, et surtout animer. Cette communauté doit pouvoir investir la bibliothèque physique, mais également les services en ligne : annoter, taguer, recommander des documents sur le catalogue, commenter sur le blog, etc…


Pour finir, il évoque l’un des effets de la crise pour les bibliothèques américaines, qui voient leur fréquentation augmenter, leur accès et les informations qui y sont disponibles étant gratuites… Comme professeur, Michael Stephens assiste à un changement dans la sociologie de ses étudiants en sciences de l’information et des bibliothèques : certains de ses étudiants sont là pour envisager une reconversion, voulue ou subie suite à la crise…
Enfin, puisqu’on en est aux questions d’argent, a été évoquée l’idée du merchandising des bibliothèques via des sites comme CafePress ou Zazzle, où elles pourraient vendre des produits dérivés de leurs fonds (iconographiques libres de droits).

Une intervention très intéressante, faite par quelqu’un de passionné et disponible, à l’enthousiasme communicatif. Y’a plus qu’à maintenant.

photos : page Facebook de la Mission Permanente des Etats-Unis à Genève.

3 réflexions sur “I wanna be like Mike

  1. Je confirme ça l’était. Et ce modeste compte-rendu n’en rend pas toute la saveur. Et compte-tenu des mesures de sécurité, impossible d’introduire le moindre petit matériel qui aurait pu enregistrer ça pour vous en faire profiter…

  2. Ping : Quote of the day « 24 hour library people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s